20Plan de travail 42

Renforçons la démocratie interne au sein du Lions International

Chers amis Lions,

Les Lions sont égaux en droit et en devoirs. Pour preuve de cette égalité, les Lions payent tous les mêmes droits d’appartenance, droits d’entrée et cotisations mensuelles. Les clubs sont tous établis sur les mêmes règles de base, les statuts internationaux, ils sont donc égaux au même titre que les lions qui les composent. Cette égalité devrait s’étendre à l’accès aux responsabilités à tous les niveaux de l’association.

Dans les faits, si l’accès aux responsabilités au niveau des clubs obéit effectivement aux règles démocratiques, cela ne semble pas être vraiment le cas pour le choix des officiels internationaux.

­

Au niveau international, les Lions de base ne comprennent pas pourquoi les modalités de choix des candidats au poste de Directeur International ou au poste de 3e vice-président international ne sont pas plus démocratiques.

 

Une certaine forme de démocratie indirecte est respectée pour le choix des directeurs internationaux.

Les candidats qui représentent une aire constitutionnelle, se soumettent à une primaire au sein de leur aire constitutionnelle d’origine avant de se présenter aux suffrages des membres de l’association réunis en convention. A ce niveau, les formules de rotation en place permettent une consultation indirecte des clubs par le biais de leurs représentants au niveau des aires constitutionnelles.

 

Il en est autrement pour les modalités de choix des candidats à la position de 3eme vice-président international. Un collège d’anciens présidents ou Directeurs internationaux représentant chacune des aires constitutionnelles est constitué dans l’objectif de désigner un candidat « officiel » à cette position sans solliciter un avis quelconque auprès des aires constitutionnelles des candidats.

Cela revient à accorder à des Lions des droits plus importants que ceux d’autres lions, par le simple fait d’avoir dirigé l’association au plus haut niveau, alors que ce choix devrait revenir aux lions de l’aire constitutionnelle d’appartenance des candidats. C’est un principe qui n’est pas en accord avec toutes les règles de démocratie dans le monde. Cette pratique, même consacrée par des textes internationaux, s’apparente fortement à une forme de « centralisme démocratique » institutionnalisé historiquement par les partis politiques d’obédience communiste.

Dans certaines congrégations ou confessions religieuses, la pratique du choix du dirigeant suprême est quasiment analogue. Par exemple, au sein de l’église catholique, le choix du pape est fait par un collège d’électeurs sans associer les fidèles qui constituent la base de l’église.

Est-ce cette logique centralisatrice que nous souhaitons conserver pour notre association ? La réponse ne peut être que NON.

L’introduction du vote à distance ou par procuration est un troisième élément sur lequel il devient urgent de se prononcer. Cette préoccupation prend une connotation particulière aujourd’hui avec les refus de visas dont sont victimes une partie non négligeables des Lions.
Ne pas prendre cette question en considération et à cœur revient à accepter la création d’un lionnisme à deux vitesses au sein de notre association : ceux qui peuvent se rendre à la convention internationale et participer aux choix majeurs de l’association et les autres, membres de clubs qui n’ont pas la possibilité d’envoyer des délégués physiquement à la convention internationale et dont la voix n’est pas prise en compte.

­
Il va de soi que notre association doit évoluer sur ces points et tourner le dos à des pratiques qui ont pour conséquence de dénier le droit aux Lions de participer aux choix majeurs de leur association. Ces pratiques ne sont pas porteuses des valeurs de démocratie et sont contraires à l’esprit des textes fondamentaux de notre association. Elles peuvent aujourd’hui expliquer en partie la désaffection vis-à-vis du Lions International et les déperditions de nos effectifs.

Nous voulons changer le monde, mais comment changer le monde si nous ne changeons pas nous-mêmes d’abord ?

Nous avons coutume de dire que nous devons diriger par l’exemple. Est-ce que laisser perdurer un mode de désignation anormal, voire totalement désuet des dirigeants de notre association perdurer peut véritablement concourir à changer le monde ?

Il est donc clair que notre association est à la croisée des chemins si nous voulons attirer plus de Lions, plus de bras pour servir. Il nous faut donc opérer une autre mutation en renforçant la démocratie interne au sein de l’association.

Nous ne sommes pas une entreprise, nous ne sommes pas une église. Nous sommes une association d’hommes et de femmes égaux en droits et en devoirs. Il nous faut par conséquent aligner la vie interne de notre association à des règles qui éliminent toute inégalité de fait ou de droit entre ses membres.

Il est certainement facile d’appliquer les principes démocratiques au sein du club, de la zone et même du district. Car tout le monde se connaît. C’est plus difficile dans les districts multiples et au niveau international. Mais c’est justement là que la démocratie est importante.

La candidature du PDI Alexis Vincent Gomès portée par l’Aire constitutionnelle 8 Afrique est en réalité une candidature de rupture qui vise à promouvoir plus de démocratie au sein de notre association. Elle questionne l’essence de notre démocratie interne, socle du futur de notre association.

La démocratie est le pouvoir du peuple, de la base, des membres. Elle fonctionne toujours de bas en haut. Les règles régissant les candidatures et les élections aux postes internationaux doivent être réformées de toute urgence dans cette perspective. C’est à cela que nous invite PID Alexis Vincent Gomès, c’est dans cette direction que nous devons aller afin que le soleil continue à briller pour tous au sein du Lions International.

PDG Dr Mbadinga ITSOUHOU
GAT Area Leader RC8 A

PDG Aïssata MOUSSA
LCIF Area Leader RC8

PPCG Dr Alphonse OBAMBI-ITOUA

PDG Dr Monhamed JI COMPAORE

Adresse

Adresse

Liens utiles

Liens sociaux

Vidéo